Acquisition d’un camion subventionné

Nous avons pris possession jeudi après-midi avec Pascal, du camion subventionné par :

– la Fondation Bel,

– la Société Materne Mont Blanc,

– la Fondation Vinci pour la Cité,

et le Conseil Régional d’Ile de France.

Leur soutien financier a permis d’acquérir un camion FIAT Ducato (véhicule au Gaz) équipé d’un hayon pour optimiser nos ramasses dans les points de vente du nord des Hauts de Seine.

Celles-ci étant d’autant plus nécessaires que la fréquentation de nos Centres a augmenté de 25%.

Une bonne nouvelle avant la prochaine campagne d’Hiver

15 10 2020 Livraison 1 15 10 2020 Livraison 6

15 10 2020 Livraison 3 15 10 2020 Livraison 10

Hauts-de-Seine – Val-d’Oise : les Restos du cœur ont un besoin urgent de chauffeurs

Depuis le confinement, l’association manque cruellement de chauffeurs bénévoles pour livrer la nourriture dans les centres de distribution. Les salariés craignent « la catastrophe » à cause du nombre de bénéficiaires, en hausse constante.

Chauffeur1
Argenteuil, le 15 septembre. Les Restos du cœur sont à la recherche de chauffeurs bénévoles pour distribuer la nourriture dans les centres des Hauts-de-Seine (ici celui de Boulogne-Billancourt) et du Val-d’Oise, depuis leur plateforme à Argenteuil. LP/A.R.

 

Par Ariane Riou

Le 17 septembre 2020 à 19h57, Article du PARISIEN

C’est l’heure de pointe dans l’entrepôt des Restos du cœur, à Argenteuil (Val-d’Oise). Dehors, le soleil commence juste à poindre. Mais à l’intérieur, tout le monde est déjà sur le pont. Les uns chargent les camions de nourriture, les autres grimpent dans les cabines. « Bonne route ! », lance Guillaume Chancelier à l’un des chauffeurs.

S’il réussit à dissimuler son stress derrière sa franche sympathie, le responsable de l’entrepôt ne cache rien de la « situation critique » dans laquelle il se trouve. Depuis le confinement, les livraisons de nourriture dans les trente centres de distribution du Val-d’Oise et des Hauts-de-Seine desservis par l’entrepôt d’Argenteuil se sont complexifiées. « Entre mars et septembre, on est passé de 21 chauffeurs bénévoles permanents à six », souffle-t-il.

Image2
Argenteuil, le 15 septembre. 3,5 millions de repas sont livrés depuis l’entrepôt qui dessert les Hauts-de-Seine et le Val-d’Oise. LP/A.R.

La cause? « La grande majorité des bénévoles sont des retraités », explique Jacques Latil, président des Restos du cœur dans le 92. Certains se sont mis en retrait à cause du Covid-19. « J’ai un chauffeur qui a des problèmes cardiaques, un autre qui est en chimiothérapie, un troisième qui a peur de l’attraper… », liste Guillaume Chancelier, devant son écran d’ordinateur sur lequel les absences s’affichent en rouge. « C’est criant », souffle-t-il.

Pour pallier ces trous, le responsable a fait appel, ces dernières semaines, à des sociétés de transports privées. « Mais elles aussi sont en sous-effectifs avec la crise, observe-t-il. C’est un vrai casse-tête. »

Des responsables de centre au volant

Place, donc, au système D. Ce matin-là, sur les neuf livraisons prévues, trois seront effectuées par les responsables de centre eux-mêmes. « Lui, par exemple, c’est le responsable de Soisy-sous-Montmorency, indique Jean-Michel Baer, le président de l’association dans le Val-d’Oise, en pointant un homme pressé qui se dirige vers l’un des camions. Ce matin, c’est lui qui fera la livraison dans son centre, ce qui n’arrivait jamais avant. »

Il est 7h30 quand, Michel, 60 ans, débarque sur son vélo à l’entrepôt. Le grand-père est chauffeur bénévole depuis son départ en retraite il y a un an. Ce matin-là, il doit livrer le centre de Boulogne-Billancourt. Dans son camion, des yaourts, des légumes frais, des œufs…

Image3
Boulogne, le 15 septembre. Le centre de la plus grosse ville des Hauts-de-Seine reçoit 20 % de bénéficiaires en plus depuis le déconfinement. LP/A.R.

Michel en parle autour de lui, trouve un ancien collègue disponible pour aider. « Je n’aurais jamais pu rester sur mon canapé en sachant qu’ils avaient besoin de moi », martèle-t-il. Dès son arrivée à Boulogne, le retraité s’attelle à décharger le camion avec des bénévoles, sous l’œil de Christine Mahuzier, la responsable du centre.

« Si les livraisons ne fonctionnent plus, c’est toute la chaîne qui s’écroulera »

« Jusqu’à présent, Guillaume a fait des miracles, on a toujours été livré », reconnaît la responsable. Mais la suite semble plus floue, le nombre de bénéficiaires ayant bondi de 20 % au déconfinement. « Des personnes qu’on ne connaissait pas, des étudiants, des familles nombreuses, sont venues chercher à manger », explique-t-elle.

Pendant le déchargement du camion, un bénéficiaire glisse une tête dans le centre. « Il faut revenir cet après-midi Monsieur. La distribution a lieu à partir de 13h30 », précise Christine Mahuzier. « Vous voyez, si les livraisons ne fonctionnent plus, c’est toute la chaîne qui s’écroulera », anticipe-t-elle.

Image4
Entre Boulogne et Argenteuil, le 15 septembre. Michel, 60 ans, est bénévole pour les Restos depuis un an. LP/A.R.

10h30. Michel reprend le volant. C’est l’heure de rentrer à Argenteuil, là où 3,5 millions de repas sont livrés chaque année. À son bureau, le responsable, Guillaume Chancelier, planche sur les plannings. « Avant, je pouvais prévoir les choses deux semaines à l’avance. Aujourd’hui, c’est impossible, je m’y prends trois jours avant », regrette le spécialiste.

Des dons refusés faute de chauffeurs

Lucien, dit « Lulu », s’arrête pour le saluer. Le chauffeur de 64 ans vient de terminer sa livraison au Plessis-Robinson. « Je bosse tous les jours ici, explique-t-il. Avant le confinement, c’était trois jours par semaine mais je sais qu’ils ont besoin de moi maintenant. »

Car le déficit de chauffeurs a déjà créé de la casse. Certains « enlèvements », ces trajets pour récupérer de la nourriture chez des donateurs, sont passés à la trappe. « On n’a plus assez de monde pour aller les chercher, confie Jean-Michel Baer. C’est triste mais on est obligé de refuser… »

Guillaume Chancelier calcule : « on a besoin de neuf chauffeurs en plus pour tenir le coup ». Seul un permis B – les camions ne sont pas immenses – et « un peu d’humanité » suffisent pour devenir bénévole.

Dans quelques semaines, fin novembre, la campagne d’hiver, la plus importante de l’association, doit commencer. Et les livraisons s’intensifieront. « Si on ne trouve pas de chauffeurs d’ici là, on court à la catastrophe, souffle le responsable de l’entrepôt de 4 500 m 2. Je n’aurai plus de solutions. »

 

 

Visite de Madame Christelle Dubos

Nous avons eu la visite le jeudi 2 Juillet au Centre d’Asnières de Madame Christelle Dubos secrétaire d’état auprès du ministre des Solidarité et de la Santé, qui avait annoncé la veille un nouveau plan de soutien à l’aide alimentaire.

Madame la Ministre souhaitait rencontrer les bénévoles et échanger sur l’activité du centre et des Restos pendant la crise COVID.

Nous lui IMG_6696avons fait visiter les lieux,  présenté nos activités , en montrant bien ce que nous sommes parvenus à mettre en place pendant cette crise

Nous avons pu lui faire part de la situation et de l’augmentation de la fréquentation de nos centres eu égard à l’appel européen que les Restos ont lancé avec de nombreuses autres associations il y a quelques jours.

Murielle, Corinne , Jacques

IMG_6698

Décès de Pierre Cayla

Nous avons l’immense regret de vous faire part du décès de Pierre Cayla, Responsable du Centre de Nanterre.

Pierre Cayla

Nous pensons tous à son épouse Renée, à ses deux filles et ses cinq petits-enfants.

Très épris de justice sociale il a consacré 18 ans aux Restos du Cœur, à Colombes d’abord puis à Nanterre où il était unanimement apprécié.

La cérémonie aura lieu Lundi 6 juillet à 13 h au funérarium de Nanterre.

Du fait des mesures sanitaires liées au Coronavirus, le nombre de participants est limité à la famille et quelques proches.

Situation des Centres vs crise sanitaire

Bonjour,

Inutile de vous dire que la situation sanitaire dans laquelle nous vivons tous a bouleversé le quotidien de chacun d’entre nous.

Obligés dans un premier temps de se conformer aux décisions gouvernementales, Bureau de Boulogne et Centres de distribution des Restos du Cœur des Hauts de Seine ont été fermés après la Collecte Nationale des 6, 7 et 8 mars 2020.

Nous avons depuis mis tout en œuvre en lien avec notre Association Nationale pour essayer de continuer à apporter notre soutien à ceux qui en ont le plus besoin.

Nous avons obligation de le faire en protégeant les Bénéficiaires que nous avons l’habitude de recevoir mais également les Bénévoles dans chacun de nos Centres.

Ceci implique pour ceux qui ont réunis toutes les conditions nécessaires de le faire en respectant un certain nombre de règles :

  • distances de protection entre Bénéficiaires,
  • distances de protection entre Bénéficiaires et Bénévoles,
  • distances de protection entre Bénévoles,
  • Port de masques, gants et utilisation régulière de Gel pour les Bénévoles à recommander également aux Bénéficiaires.
  • Munissez-vous des autorisations de sortie,

19/05/2020 : Vous trouverez ci-joint la situation des Centres du 92, qui est susceptible d’évoluer, et que nous actualiserons.

Ouverture Centres 92 été 2020clic pour agrandir ce tableau

A noter le centre de  Gennevilliers est fermé l’été. C’est le centre d’Asnières qui assure la distribution pour ce centre

Soyez prudents, respectez les règles en vigueur, protégez-vous,
Bien cordialement

    Les équipes du 92

 

Collecte 6 et 7 mars : Une belle rencontre

Rencontre entre un jeune donateur et une bénévole des restos du Cœur, à la collecte de centre commerciale de Leclerc Nanterre, Vendredi 6 Mars

Jules et sa soeur

image1

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Qu’elle fût ma surprise lorsque Jules un enfant de 8 ans est venu m’apporter son caddie remplie de produits de premières nécessités, et encore plus, lorsque sa maman m’a raconté la raison de ce caddie plein, et l’action que son enfant réalise pour obtenir l’argent de ce don.

Jules 8 ans bientôt 9, vend dans son entourage des cartes de vœux faites maison et cela pour la 3ème année consécutive.

  • La première année il a récolté plus de 18€,
  • La deuxième année 72€
  • Cette année il a dépassé les 100€

Il y a 3 ans au moment de Noël il a voulu faire quelque chose pour les gens qui n’avaient pas à manger et à trouver cette idée pour gagner de l’argent.

 

photos d’une partie des cartes qu’il fabrique

image5image6image4

Une belle histoire

DSC_1085

Il y a 15 jours nous avons vu réapparaitre, après plusieurs mois d’absence, un SDF bien connu de notre Centre pour une réinscription.

Nous avons essayé de comprendre son absence alors que manifestement il continuait d’occuper une tente au bord du périphérique à proximité du Centre.

Au cours de l’entretien nous avons compris que l’assistante sociale qui s’occupait de lui essayait de monter un dossier RSA.

En poussant plus avant le dialogue, nous avons appris qu’il avait 68 ans, qu’il avait travaillé jusqu’en 2003 et qu’il devait avoir cotisé plus de100  trimestres

 

 Réaction immédiate de notre bénévole référente Accès aux Droits Sociaux,  : »Mais vous avez droit à la retraite!!! »

Une de nos nouvelles bénévoles qui a travaillé plus de 20, ans dans une caisse de retraite a pris son dossier en main ce matin. 

En une heure le dossier de demande de retraite  était créé sur internet, les trimestres validés, le dossier papier rempli et posté.

Dossier CMU créé, rempli et posté

DSC_5222

Résultats: 

  • Positif: Retraite de 750 euros (CNAV plus AGGIRC-ARCO) par mois sans doute validée courant Mars et payée valeur 1er Mars dès le mois de Mai, couverture maladie en cours.
  • Négatif: 3 ans de retraite non perçue soit 27 000 Euros

Notre ami peut maintenant vivre en craignant moins le lendemain. Les bénévoles sont heureux.

Leçon à retenir:  Un nombre non négligeable de nos compatriotes ne demandent pas les pensions ou aides auxquelles ils ont droit .
Les SDF en font partie et seul le dialogue peut permettre d’identifier le support que nous pouvons leur apporter.

 

Inauguration du Centre de Boulogne

Christine Mahuzier, Bernard Roussel, Mr le Maire de Boulogne et moi-même avons inauguré le nouveau Centre distribution situé au 25 rue Nationale Vendredi 10 Janvier.

Un évènement attendu avec impatience par l’ensemble des Bénévoles de Boulogne qui on repris avec enthousiasme l’aide apportée aux plus démunis.

Merci à tous !

image001

 

image002 image003

Décès de René THETIOT

C’est avec une grande tristesse que nous avons appris le décès de René THETIOT.

Il faisait partie des bénévoles à nous avoir accompagnés de longues années avec fidélité au sein de l’équipe du centre de Malakoff.

L’équipe qui anime ce centre l’appréciait énormément pour sa grande gentillesse envers tous, sa disponibilité et surtout son sourire en toutes circonstances.

Nous garderons l’image de quelqu’un d’indépendant mais respectueux des valeurs de notre association et particulièrement investi dans l’aide aux plus démunis.

C’est donc au nom de toute l’équipe des Restaurants du Cœur des Hauts de Seine que l’ensemble des bénévoles adresse à sa famille ses plus sincères condoléances.

Les obsèques auront lieu Jeudi 26 Décembre.
La cérémonie religieuse aura lieu à l’église 
Notre Dame du Rosaire 75014 Paris
Rue Raymond Losserand à 10h30.

    Jacques Latil